Loading...

with dimonds bvlgari bracelet zero1 imitation day-to-day Online Shopping Mall Preferential convenience authority choose

Details

Date & time Sep 14
Location
klm397
Creator sefien

Who's attending

Description

tournement des technologies de l'information et des communications devant la Premi

La Premire Commission charge du dsarmement et de la scurit internationale a tenu cet aprs midi son dbat thmatique consacr aux autres mesures de dsarmement et de scurit internationale au cours duquel elle a entendu 19 dlgations, dont certaines ont prsent des projets de rsolution.

Un certain nombre de dlgations ont exprim leurs inquitudes face au dtournement des technologies de l'information et des communications des fins autres que pacifiques. Celles ci sont utilises pour dstabiliser les tats, y compris leurs infrastructures militaires, a observ la dlgation de l'Indonsie, au nom du Mouvement des non aligns, qualifiant ces pratiques de contraires la Charte des Nations Unies, et en particulier l'Article2 sur la rsolution pacifique des diffrends entre tats, a prcis pour sa part la dlgation de l'gypte, au nom de la Ligue des tats arabes.

Ces technologies devraient au contraire tre un outil de promotion du dveloppementet non d'interception des tlcommunications des fins d'espionnage, a dit le reprsentant du Suriname, au nom de l'Union des nations de l'Amrique du Sud, considrant qu'il s'agissait l d'une menace la scurit et une srieuse violation des droits politiques, civiles et humains, du droit international et de la souverainet des tats. La confiance entre tats et la scurit internationale sont directement rodes par la cybercriminalit et le cyberterrorisme, et donc la militarisation du cyberespace, a estim la reprsentante de la Chine. L'Internet ne doit pas tre utilis pour s'ingrer dans les affaires internes des autres tats, a t elle ajout, appelant l'instauration d'un systme de gouvernance mondiale.

Les dlgations ont par ailleurs affirm qu'il appartenait la communaut internationale de se saisir des dfis ainsi dfinis. Pour la Fdration de Russie, les Nations Unies doivent assumer un rle de premier plan dans ce domaine. Le reprsentant de ce pays a ainsi observ que, l'an dernier, le Groupe d'experts gouvernementaux sur la scurit de l'information avait fait la dmonstration qu'en dpit des divergences, un terrain d'entente tait possible.

De l'avis de la dlgation espagnole, il n'est pas question de contrler ou de limiter l'utilisation de l'Internet, mais de trouver l'quilibre entre libert et scurit, pour construire un cyberespace libre et scuris qui contribue la stabilit et la scurit dans le monde.

Une tape a t franchie avec la reconnaissance que les accords internationaux et la Charte des Nations Unies s'appliquaient aux tats dans le cyberespace, a, pour sa part, affirm le reprsentant de l'Australie, pour qui il est maintenant temps d'appliquer le droit international dans le cyberespace, notamment par l'adoption de mesures de confiance et de renforcement de la coopration internationale.

La Premire Commission commencera demain 15 heures se prononcer sur les projets de rsolution qui lui sont prsents.

DBAT THMATIQUE SUR LES QUESTIONS L'ORDRE DU JOUR ET PRSENTATION ET EXAMEN DE TOUS LES PROJETS DE RSOLUTION ET DE DCISION PRSENTES AU TITRE DES POINTS DE L'ORDRE DU JOUR

Autres mesures de dsarmement et scurit internationale

M. KAMAPRADIPTA ISNOMO (Indonsie), au nom des pays du Mouvement des non aligns, s'est dclar inquiet que les technologies de l'information et des communications (TIC) puissent tre utilises des fins contraires la paix et la scurit, notamment dstabiliser les tats, y compris leurs infrastructures militaires. Le Mouvement, qui soutient le multilatralisme, prsentera un projet de rsolution pour que les questions relatives aux TIC soient examines dans un cadre multilatral, a indiqu le reprsentant.

Celui ci a galement dclar que le MNA estimait ncessaire de respecter les normes environnementales dans les mesures de dsarmement, annonant que ses membres prsenteraient aussi un projet de rsolution sur la question.

Le Mouvement des non aligns, qui soutient l'adoption de mesures de confiance en matire de dsarmement, prsentera par ailleurs un autre projet de rsolution sur le sujet, a poursuivi le reprsentant, affirmant que les ressources dgages par le dsarmement devaient tre employes dans les politiques de dveloppement.

Enfin, en tant que fervent dfenseur de la rduction des budgets militaires au profit du dveloppement, le Mouvement des non aligns prsentera un projet de rsolution ce propos, a indiqu le reprsentant, invitant les tats adopter tous ces projets sans vote.

M. AMR FATHI ALJOWAILY (gypte), au nom de la Ligue des tats arabes, a estim que l'utilisation des TIC devait se faire dans le respect de l'article 2 de la Charte des Nations Unies sur la rsolution pacifique des conflits entre tats. Les tats arabes soutiennent l'tablissement de mesures de confiance, afin de prvenir toute utilisation ngative des TIC, a t il dclar, soulignant que ces mesures devaient tre prises dans le cadre de discussions multilatrales et dans un processus de renforcement des capacits, afin que chacun puisse tre capable d'identifier les menaces potentielles et prendre part la gestion des infrastructures lies, notamment l'Internet.

Le Groupe des pays arabes est prt participer des dlibrations sur ces sujets, a assur le reprsentant. Il a galement estim que le cyberespace devait tre prserv de la militarisation et ne servir que les besoins pacifiques des tats.

S'exprimant au nom de la CARICOM, Mme SHORNA KAY RICHARDS (Jamaque) a ax son intervention sur la place des femmes dans les efforts de dsarmement, se flicitant de l'adoption de la bulgari bzero earrings replica rsolution lors de la soixante huitime session de l'Assemble gnrale sur les Femmes, le dsarmement, la non prolifration et le contrle des armes.

Aprs avoir rappel que les femmes et les filles souffraient de manire disproportionne des violations des droits humains en priode de conflit, en particulier des violences sexuelles, la reprsentante a apport son soutien au nouveau projet de rsolution sur les femmes, le dsarmement, la non prolifration et le contrle des armes prsent au cours de cette session par Trinit et Tobago. Elle a constat avec satisfaction que la nouvelle mouture du texte faisait tat des dernires avances, citant en particulier l'introduction de dispositions relatives aux violences faites aux femmes dans le Trait sur le commerce des armes qui entrera en vigueur en dcembre prochain, et celles portant sur la collecte de donnes qui permettront de mieux valuer les consquences des violences sexistes dcoulant du trafic illicite de la prolifration des armes lgres et de petit calibre. Elle a appel les tats membres adopter ce projet de rsolution par consensus, se flicitant de l'augmentation ces dernires annes de la reprsentation des femmes au sein de la Premire Commission.

S'exprimant au nom de l'Union des nations de fake bvlgari stud earrings l'Amrique du knock off bvlgari b zero1 earrings Sud (UNASUR), Mme KITTY SWEEB, (Suriname) a rappel que les technologies de l'information et des tlcommunications devaient tre un outil de promotion du dveloppement et pas d'utilisation par les tats ou les acteurs non tatiques, en violation du droit international et des droits de l'homme. Elle a indiqu que le dernier sommet des chefs de gouvernement de l'UNASUR Paramaribo, en aot dernier, avait fermement rejet l'interception des tlcommunications des fins d'espionnage, considrant qu'elles constituaient une menace la scurit et une srieuse violation des droits politiques, civiles et humains, du droit international et de la souverainet des tats. Elle a prcis que le sommet avait dcid d'acclrer le dveloppement de projets de cyberdfense et de connexions plus sres et de renforcer le dveloppement des technologies au niveau rgional.

Conscients du dveloppement des capacits offensives dans le cyberespace dans le cadre des doctrines militaires, les tats membres de l'UNASUR partagent les proccupations croissantes quant la vulnrabilit des infrastructures critiques et de l'escalade possible de conflits dclenchs par des cyber attaques, a affirm la reprsentante, avant de dfendre le renforcement des normes internationales encadrant les technologies de l'information et des tlcommunications. Dans ce contexte, elle a salu les travaux du Groupe d'experts gouvernementaux sur les dveloppements dans les domaines des technologies de l'information et des tlcommunications qui concluent que le droit international et la Charte des Nations Unies s'appliquent dans le cyberespace et sont essentiels pour le maintien de la paix et de la stabilit et la promotion d'un accs pacifique et ouvert l'information.

M. SIDDHARTA NATH (Inde) a prsent le projet de rsolution L.13 intitul Rle de la science et des technologies dans le contexte de la scurit internationale et du dsarmement. Il a rappel que les progrs des sciences et des technologies taient un facteur critique du dveloppement conomique et social des tats. Il a estim que la coopration internationale dans ce domaine devait tre renforce, via des transferts de technologies et le partage de l'information, ce qui est la raison d'tre de ce projet de rsolution qui prvoit d'inscrire cette question l'ordre du jour de la prochaine Assemble gnrale. La communaut internationale a exprim sa proccupation quant la mauvaise utilisation des technologies de l'information et des tlcommunications, pour des activits criminelles ou hostiles, ou le dveloppement de systmes d'armes ltaux autonomes, a t il indiqu, avant d'estimer qu'il y avait un besoin de suivre les volutions ngatives dans ce domaine, mais que les progrs destins des applications civiles devaient tre encourags.

Il est impratif d'encadrer les transferts internationaux de biens et de technologies destins des applications militaires, a t il affirm, avant d'appeler les tats Membres soutenir ce projet de rsolution pour rpondre au besoin de dialogue et d'approche commune de ces questions.

M. TOSHIO SANO (Japon) a estim que tous les pays devraient prsenter leurs rapports nationaux relatifs aux mesures de dsarmement nuclaires au Bureau des affaires militaires, comme le recommande le Secrtaire gnral. En tant que coauteur d'un projet de rsolution prsent par le Mexique sur la question, la dlgation japonaise espre que le texte sera adopt sans vote, a t il dclar.

Le reprsentant a par ailleurs indiqu que la particularit du Japon, seul pays avoir t bombard avec des armes nuclaires, lui confre une responsabilit particulire en matire de dsarmement nuclaire. C'est pour cette raison que mon pays contribue au programme de bourses sur le dsarmement et qu'il a financ une exposition New York et Genve sur le nuclaire, a indiqu le reprsentant, affirmant que le Japon avait foi dans l'ducation en la matire.

M. CHRISTOPHER L. BUCK (tats Unis) a prsent le projet de rsolution L.45 intitul Respect des accords et des engagements relatifs la non prolifration, le contrle des armes et le dsarmement et leurs engagements. Il a indiqu que ce texte reprsentait une contribution utile pour approfondir le consensus international sur la ncessit de respecter les accords et engagementsqui constituent la clef de l'architecture de la scurit internationale. C'est une condition du dsarmement, a t il prcis, indiquant que des modifications minimes avaient t apportes au texte, pour souligner notamment l'impact du non respect des engagements sur la stabilit et la scurit internationale

Sans confiance dans le respect des accords et engagements, l'autorit et les bnfices des accords multilatraux et bilatraux et des obligations y affrant sont affaiblis, rendant le monde plus dangereux, a t il estim, invitant les tats Membres soutenir ce texte.

Mme CLAUDIA YURIRIA GARCA GUIZA (Mexique), prsentant le projet de rsolution sur l'tude des Nations Unies sur les mesures de dsarmement, a indiqu que le texte demandait au Secrtaire gnral de mettre jour la base de donnes sur les mesures prises dans le dsarmement et la non prolifration, sans incidence financire.

Elle a galement prcis que le Mexique, en coopration avec l'Organisme pour l'interdiction des armes nuclaires en Amrique latine et dans les Carabes (OPANAL) a offert un stage de formation en sensibilisation aux questions de dsarmement des diplomates latino amricains et des Carabes.

Mme IVIAN DEL SOL DOMINGUEZ (Cuba) a dclar que les projets de rsolutions prsents devant cette commission et relatives aux mesures de dsarmement et scurit internationales taient d'une grande importance, prcisant que sa dlgation appuyait tous les projets imitation bulgari earrings de rsolution prsents par le Mouvement des non aligns, notamment celui sur l'utilisation d'armement et de munition uranium appauvri, de nombreuses tudes ayant montr les effets long terme sur la sant et l'environnement.

Cuba appuie le projet de rsolution sur les normes environnementales en matire de dsarmement, car l'existence d'armes de destruction massive, et notamment les armes nuclaires et chimiques, constituait son avis une des principales menaces pour l'environnement.
Share:

The Wall

No comments
You need to sign in to comment